La fin de cette année 2016 approche, comme la plupart des personnes, on se prête au jeu du bilan qui retrace notre année. Et comme tout le monde on préfère se souvenir du meilleur plutôt que du pire. Quoiqu’il en soit c’est une année de plus qui s’achève et nous avons tous écrit le chapitre 2016 dans nos vies qui fera partie de notre histoire .

Pour ma part, cette année aura été un peu l’année de changements au niveau professionnel. J’ai mis temporairement ma vie de comédienne sur « pause » pour me consacrer à ce que je sais faire de mieux: m’intéresser aux autres et  leurs venir en aide. J’ai commencé la radio avec cette émission qui me fait tant m’épanouir chaque dimanche à 17h sur RadioVl dans «  À votre santé »  afin de répondre à vos demandes. Mais ce que je retiendrais surtout c’est le début de l’aventure «  Les maux de Sab ». Cette aventure est arrivée un peu par hasard, je vous l’avoue.

Vos messages quotidiens sur ma page m’ont donné envie de vous aider. Je me sentais souvent gênée car il m’était  parfois impossible de pouvoir faire plus, de répondre à vos demandes. Alors quoi de mieux que de vous donner la parole et faire connaitre vos histoires ? Jamais je n’aurais pensé que cette aventure m’apporterait autant. J’aime m’imprégner des histoires que l’on me confie et grâce à toutes ces personnes, j’ai appris beaucoup de choses.

C’est pour cela qu’en cette fin d’année, avant le dernier article qui parlera de Noël, j’ai voulu vous donner des nouvelles de la plupart de ces personnes qui m’ont confié leur histoires. Ces histoires qui vous ont également beaucoup touché.

Tout à commencé sur les Maux de Sab avec l’histoire d’Océane. Océane 18 ans: «Mon petit frère avait 4 ans quand il m’a dit qu’il allait rejoindre le Père Noël» 

Aujourd’hui : Tout va bien pour elle, elle vit en Dordogne où elle a son appartement, comme elle dit, elle a quitté le cocon familiale ce qui a été un peut dure pour sa maman, mais c’était nécessaire pour sa vie professionnelle.

« Quand l’article est parut, plusieurs personnes de mon entourage mon enfin comprise et on comprit pourquoi j’avais ce caractère et que je me laissais très rarement abattre! Encore Merci de m’avoir écoutée et à très bientôt !  »

Laura nous avait confié son combat contre l’anorexie. Un corps parfait dicté par les réseaux sociaux: A 20 ans, ma descente aux enfers et mon combat contre l’anorexie

Aujourd’hui : Mon témoignage sur « Les Maux de Sab » m’a permis de terminer mon chemin vers la guérison. J’ai mis un point final à 5 ans de cauchemar. Raconter mon combat contre l’anorexie fut une vraie source de joie car je sentais enfin que la maladie que j’avais traversé prenait son sens : La transmission et l’entraide. J’espère de tout cœur que mon témoignage aidera toutes les personnes concernées de près ou de loin par les troubles alimentaires et la mésestime de soi. Aujourd’hui je vais bien ! Je vis mes rêves et je m’épanouie dans ma passion, faisant de moi la plus heureuse du monde.

Je remercie du plus profond de mon cœur Sabrina qui a su m’écouter et m’a offert la possibilité de m’exprimer le plus sincèrement possible.

Lucille et son histoire bouleversante « A 20 ans : Quand son cœur a pris un carton rouge ! »

Lucille se porte pas trop mal si on peut dire, son cœur lui a fait une belle frayeur il y a quelques jours mais elle tient le coup. Elle a repris une scolarité quasi normal et travaille comme elle dit : «dans une super équipe compréhensible ». Elle dispose d’un poste aménagé et reste très surveillée par son équipe médicale. Lucille que nous continuons à suivre de près et que j’espère recevoir dans mon émission dès que possible .

Mélodie atteinte de la mucoviscidose : «J‘en étais capable, mais ils m’ont dégoûtés du métier que je rêvais de faire au point d’en avoir des idées noires »

Mélodie a prit son envol, elle a quitté aussi la maison familiale pour se construire un petit « chez soi » dont elle est très fière. Elle travaille désormais en tant qu’ Assistante de Vie Scolaire dans une école primaire. Côté santé, ce n’est pas rose tous les jours, sa mucoviscidose la rappelle à l’ordre chaque jour, elle a perdu beaucoup de poids mais elle s’accroche et garde sa joie de vivre.

Anastasia qui nous avait raconté son combat contre la sclérose en plaque. « Je n’avais que 17 ans quand la sclérose m’a plaquée en plein été! »

Je vous remercie également d’avoir pris de votre temps de publier mon histoire. Elle restera gravée à vie et c’est grâce à vous. Elle m’aura permis d’avancer dans ma vie, de m’avoir aider à accepter ma maladie qui n’est pas évidente car on la rejette souvent. Je n’oublierai jamais ce que vous avez fait pour moi et je vous souhaite que du bonheur. A l’heure d’aujourd’hui je n’ai toujours pas repris le travail. J’étais suivie à Lorient mais suite à ma dernière poussée au mois d’octobre je vais être suivis à Rennes qui est spécialisé dans la sclérose en plaque. Je rentre dans un essaie clinique sur trois ans où je vais commencer un nouveau traitement  » le Tysabri  » un traitement de seconde ligne . En espérant qu’il fasse effet. Les séquelles que j’ai eu suite à ma poussée de cet été resterons à mon avis à vie. Mais je garde toujours le moral

SO’ : À 19 ANS « J’ai dis droit dans les yeux à mes parents: Papa, Maman, je n’ai plus envie de vivre! ».

Je vais mieux dans ma tête depuis cet été j’ai l’impression de revivre. Je fais des choses qui me font plaisir (coiffeur, piercing, shopping etc..). J’ai évidemment toujours des problèmes d’angoisses et cela reste compliqué pour moi de sortir de chez moi. Je ne peux pas dire que je suis guérie car on ne guérit jamais vraiment d’une dépression. Le risque de rechute est toujours présent. En ce moment, je suis bien dans ma tête, je souris à nouveau, je ris, je fais la folle. C’est un état assez bizarre je suis euphorique tout le temps alors que j’étais au plus bas je suis passé d’un extrême à l’autre. J’espère que cette bonne humeur ne va pas redescendre aussi vite qu’elle est arrivée car la chute risque d’être très dure. J’appréhende vraiment le début d’année 2017, les trois premiers mois de l’année sont longs et tristes. Et ses deux dernières années, j’ai passé ces mois à la clinique. J’espère que 2017 sera différente et meilleure. Mais pour faire un bilan général, je peux dire que je vais mieux. Et encore merci pour la parution de l’article mes amies ont été très fières de moi et j’espère que cela a pu aider certaines personnes. A bientôt !

Manon 21 ans : « épileptique et alors ? ça ne veut pas dire que je suis folle ! »

Coucou Sabrina, Jenny et les lecteurs, ce mois-ci je dois normalement allez chez mon neurologue sur la capitale pour mon traitement: à chaque fois que j’y vais c’est une appréhension (changement de traitement ou pas tel est ma question à chaque fois) mais aussi une joie de le revoir car c’est celui qui a remplacé ma deuxième maman pour m’aider à ce que la maladie ne prenne pas beaucoup de place dans ma vie. Je viens juste de fêter mes 21 ans et en cadeau j’ai aussi signer mes 35h en cdi en tant que conseillère de vente! En pleine période de Noel je fais attention aux illuminations de Noel avec les guirlandes qui clignotent fort . Mais apres tout c’est la magie de Noel . Je suis en pleine période de repos quand je travaille pas pour éviter toute crise. En tout cas j’ai été beaucoup touché par les messages que j’ai pu lire. Je souhaite à tout le monde des bonnes fêtes et joyeux Noel. Manon

Kévin : « J’ai donné la vie en même temps qu’un donneur a sauvé la mienne »

Atteint de la mucoviscidose, c’est six mois après avoir subit une greffe ( BI-PULMONNAIRE) que le 25 janvier 2014,
sa femme, Aurélia donnait naissance à deux beaux jumeaux en parfaite santé: Lenny et Eva. Aujourd’hui l’état de santé de Kevin est stable mais il est surtout comblé de bonheur par l’arrivée de leur troisième enfant «  Eden ».

Cassandra : « Ces histoires virtuelles comme le Combat de Cassandra qui bouleversent les internautes »

Xavier et Elodie Broutin poursuivent le combat de leur petite fille Cassandra et multiplient les actions en faveur de leur association afin de sensibiliser encore et toujours aux dons de sang, dons de plaquettes, de plasma, de sang de cordon, de moelle osseuse et don d’organes. Vous pouvez les soutenir à ce lien : https://www.facebook.com/associationcassandra

Lysa : « Ces 4 lettres de l’alphabet qui ont tué ma fille Lysa »

Ce que l’article m’a apporté : l’apaisement d’avoir eu l’opportunité d’en parler et d’avoir pu le faire pas juste à mes connaissances mais à beaucoup de monde ! Le regard des gens ont changés et par ces quelques lignes ils ont pu retracer l’histoire de Lysa et la notre, se rendre compte du parcours qu’elle à mener depuis 2009 . Certaine personnes aujourd’hui sont étonnées et limite surprises et pour finir j’ai la sensation que Lysa approuve notre partenariat à la création de cet article et si nos chemins se sont croisés je pense que c’est un peu grâce à elle.

Axel : « Atteint d’une tumeur au cerveau : Mobilisons nous tous pour le petit Axel! »

Depuis la publication de l’article, Axel continue de se battre et de garder son pétillant sourire, mais son combat est difficile et sa santé lui donne beaucoup de fil à retordre, il reste très courageux mais son quotidien n’est pas facile. Sa maman, Sabine appelle toujours à la générosité des gens pour pouvoir aménager sa maison afin d’avoir plus d’accessibilité pour pouvoir mieux gérer la santé et le confort de son fils .

Enfin l’article concernant l’histoire d’Ayden, « Pour Noël offrons tous ensemble la possibilité de sauver le petit Ayden »

Un article rédigé un peu moins profondément que les autres puisqu’il avait surtout pour but d’annoncer l’intervention de Morgane la maman du petit garçon dans notre dernière émission « À votre santé ». Mais l’histoire m’a tout autant bouleversée sur leur combat contre la maladie de Krabbe dont Ayden est le seul cas en France. La famille fait un appel aux dons pour pouvoir sauver leur petit garçon condamné … et par ce que la vie d’un enfant n’a pas de prix je vous invite à relire l’article , à écouter le témoignage de cette très jeune maman courage
et à vous mobiliser au maximum pour Ayden –> Replay

Enfin pour ceux que je n’ai pas cité c’est tout simplement que les articles sont récents et qu’il n’y pas grand chose à ajouter. Sachez encore une fois que par vos histoires vous m’avez apporté énormément. Pour la plupart d’entre vous, je ne vous connais pas, je ne vous ai jamais vu, ni entendu et pourtant vous m’avez fait confiance en me confiant vos histoires qui débordent d’admiration. Vos histoires non nulle doute aidé des personnes en donnant de l’espoir. Océane , Lucille , José, Mélodie, Anastasia, Manon, Axel, Cassandra, Xavier et Elodie, Cindy et Lysa, So’, Kévin, Florian, Delphine, Elena, Barbara, LILISOHN, Laura et Ayden, à tous merci du fond du cœur. J’ai rédigé cet article en relisant toute vos histoires et mon cœur est rempli d’émotion.

Jenny qui travail étroitement parfois même plus que moi se joint à moi sur cet article pour vous remercier. Nous vous donnons rendez vous jeudi prochain pour article un peu particulier « spécial Noel » avant de prendre un peu de vacances et revenir en 2017 avec de belles histoires. N’oubliez pas : La plus belle richesse c’est la vie.

Continuer à nous transmettre vos histoires nous les traiterons avec le plus grand soin et rejoignez la petite histoire des Maux de Sab <3

  1. Raoul Nolwenn says:

    Coucou Sabrina, j’ai 18 ans voilà j’ai une handicap de naissance qui s’appelle Oro-Digito-faciale c’est pas connue. Depuis petite je me fait opérer chaque année pour essayer de réparé mes malformation. J’ai une chance elle n’est pas dégénérative mais j’ai subit beaucoup de moquerie pendant mon adolescence sur ma petite taille, mes malformation au visage, aux jambes …
    L’année dernière j’ai eu une paralysie de la jambe droite non expliqué, ça a été très dur de pas savoir. Je suis parti en centre de rééducation, j’ai appris a marché sans la sentir. Ça va mieux après 1 ans de combat mais je ne ressens plus ma jambe comme avant. J’ai arrêté de me battre avec les médecins pour savoir ce que j’avais, clairement j’ai baissé les bras. J’ai eu une oveur dose des hôpitaux et des médecins qui ne me « croit » pas et qui pense que c’est psychologique. J’ai eu un suivi pour ça et les psychologues, psychiatres ne voient pas où ça bloc. Ça aurait du débloquer depuis un moment si c’était le cas !
    De plus, je continue mes traitements orthodentiste pour mes malformation mais ils ne savent pas comment faire puisque je suis un cas d’école comme ils le disent si bien ! Je vais avoir des prothèses car mes dents sont en mauvaise état (dent de lait, absence de dent, ma salive secrète quelque chose qui provoque des carries alors que je mange très peu de bonbon), ma mâchoire (à l’avant de la mâchoire les dents ne touche pas celle du haut, et malformé par rapport à la normal) puis ce n’ai pas pour l’éthique que je veux ça (enfin c’est pas vraiment qui veux c’est mes médecins) mais ceci améliorera ma façon de mangé qui est pas facile. Ils trouvent que je suis beaucoup trop jeune pour avoir des prothèses et ça coûte super cher puisque rien n’est pris en charge…
    Malgré tout je ne pense pas à ça et je vie ma vie à foncé je me dit toujours il y a pire que moi c’est rien ! Toujours resté positifs c’est ma devise !
    Voilà ma petite histoire je pourrais dire bien des choses mais c’est hyper long à expliquer !
    Et ton blog est super ! Passé de bonne fête

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>