Quand il manque une page à mon livre : communiqué

 

Bonjour à tous,

Hier à l’occasion de la journée de la femme, j’ai vécu un conte de fée en étant en shooting pour le Palais de la Robe (voir la photo d’illustration de l’article) mais comme dans tous les contes, dans certains cas la magie retombe. 

Je ressens aujourd’hui le besoin de me livrer à vous et vous apporter quelques justifications. Nous avions annoncé la sortie prochaine de mon livre, il y a quelques temps sur les réseaux sociaux et sur la chaine NT1 également.  Et bien l’aventure est parfois semée d’embûches et je vais donc, aujourd’hui, vous raconter l’histoire, la véritable histoire de cette aventure!

Pour ceux qui suivent mes actualités sur les réseaux bien avant l’aventure « Secret Story » sur myspace par exemple, vous savez que je souhaite sortir un livre pour raconter mon histoire, pas seulement pour moi, mais pour mon fils et aussi pour les personnes qui m’écrivent au quotidien et qui s’identifient au combat que je mène depuis ma naissance contre la mucoviscidose, la greffe et ma vie de maman.

Il y a quelques années, j’ai rencontré quelqu’un. Pas n’importe où, lors d’une journée à l’hôpital Cochin, à l’occasion d’une conférence sur le don d’organes. Cette homme, dont j’admirais le parcours, est l’auteur d’un livre qui raconte son combat contre le cancer. Un livre pour lequel j’avais eu un véritable coup de cœur. Ce projet de livre était pour moi important, mais je ne suis pas écrivain et pour ceux qui le savent, je n’ai pas eu une longue scolarité à cause de mon parcours de santé. Ainsi, je n’ai pas le talent pour l‘écrire seule, mais je ne souhaite néanmoins pas confier l’écriture à quelqu’un qui ne saurait pas retranscrire mon histoire de la manière où j’ai envie de la raconter. Je veux m’adresser aux gens en étant celle que je suis, sensible, avec mes peurs, mes incertitudes,ma force et ma détermination. Et surtout en n’ayant pas peur de l’impact des mots et toujours avec ma pointe d’auto-dérision.

Cet auteur en question, pour moi, était le seul qui pouvait le faire car je me suis reconnue dans son histoire d’une certaine façon. Un jour, il m’a proposé de l’écrire ce livre, et cela bien avant Secret Story. Un projet qui a commencé par des rendez-vous durant lesquels je m’étais confiée en toute intimité. J’étais toute jeune greffée à l’époque et l’idée et la « sois- disant » envie mutuelle était là. Cependant, cela n’avait pas donné grand chose par la suite, nous prendrons comme premier prétexte le manque de temps.

Quelques mois plus tard, je suis partie pour l’aventure Secret Story et après 11 semaines d’aventure, à ma sortie, il m’a recontacté pour me féliciter de mon parcours et j’étais ravie de l’entendre. Parmi les nombreuses propositions reçues à ma sortie, trois personnes sont venues me proposer de sortir «mon livre ». De mon coté, je n’en démordais pas, je voulais vraiment que ça soit la personne dont je vous parle qui raconte mon histoire. Et pour cause, nous avions reparlé du projet dès ma sortie.

Par la suite, j’ai travaillé pour lui, en étant chroniqueuse du site littéraire dont il est également l’auteur. Une mission que j’ai adorée, puisque j’ai eu le privilège d’interviewer Dave et Frank Cascio, un ami, on ne peut plus proche de la star de la pop Mickaël Jackson. Une rencontre inoubliable que je n’aurais pas imaginé un instant. Moi, Sabrina Perquis, j’allais être chroniqueuse littéraire ! En parallèle, nous reprenons l’aventure du livre. Pour bien comprendre, je n’avais pas signé dans une maison d’édition. Je devais écrire et lui, de son côté, devait m’aider à mener ce projet à bien. En étant en étroite collaboration avec de nombreuses maisons d’édition, c’était plus facile pour lui, car qu’on se le dise, je n’y connaissais rien.

Au fil des rendez- vous, des heures à se confier, à faire ressortir des souvenirs, à remuer mon passé, mon présent ,du meilleur et du pire, il m’a fait lire certains paragraphes à qui il donnait naissance et encore une fois j’étais confortée dans mon choix de lui faire confiance. Personne mieux que lui pouvait retranscrire mon histoire. Il avait tout compris et j’arrivais à rire et même pleurer en lisant ma propre vie.

Peu avant l’été 2012, nous savions qu’il allait être difficile de continuer ces entretiens car chacun partait en vacances et c’était normal. Nous avions convenu qu’à la rentrée, il y aurait suffisamment de contenu pour penser à le présenter à des maisons d’édition. Excitée à cette idée, je n’avait qu’une hâte, depuis le temps que j’espérais ce projet. Mon excitation aura été de courte durée, car à son retour de vacances, il m’a appelé pour me dire «Voilà je suis très embêté, j’ai énormément travaillé durant mes vacances sur le projet mais le sort s’acharne, mon pc à planté et je n’avais rien sauvegardé».

A ce moment là, j’étais dans une période un peu bizarre. Le contre-coup de l’effet Secrect story. Un peu de fatigue et beaucoup dans le flou, car à ma sortie, j’avais eu énormément de propositions, sérieuses ou non et il n’est pas toujours facile de savoir à qui faire confiance et je ne savais plus trop vers où m’orienter. Je ne pense pas avoir perdu pied car j’étais dans le domaine artistique bien avant Secret, mais j’avoue que j’ai peut-être forcé, sans me ménager pour pouvoir profiter de tout, pleinement, tout en menant à 100% ma vie de maman.

Un rythme qui m’a vite joué des tours au niveau santé et mental. Vous me direz ce n’est vraiment pas grave, il y a bien plus grave comme problème et ce n’était pas une dépression, juste un signal que m’envoyait mon corps pour me dire « prends du temps pour toi et poses toi un peu » pour  ensuite être objective et aller dans la bonne direction.

Et pour aller dans la bonne direction, il faut s’entourer. Du moins tenter de s’entourer des bonnes personnes, c’est en tous les cas ce que j’essaie de faire. Il n’a donc plus eu de mes nouvelles par la suite et je n’ai plus répondu à ses messages durant près de 2 ans. J’ai fais mon chemin, en faisant des choses que j’aime, mes courts métrages dont je suis très fière et j’ai donné naissance à ce site pour lequel vous êtes de plus en plus nombreux à nous suivre.  Je suis allée vers l’univers que je maîtrise le mieux finalement : la santé mais sans m’enfermer dans un domaine dramatique au contraire.

Un peu avant l’été dernier, cet auteur m’a recontacté pour me demander si nous étions fâchés ? En me propsant un déjeuner afin de mettre les choses à plat, j’apprends que sa carrière dans le monde littéraire avait beaucoup évolué, qu’il avait quelque chose de concret à me proposer en m’assurant que je n’allais pas perdre mon temps. Je ne suis pas une personne méchante, ni rancunière. Moi-même, je suis loin d’être parfaite et dans la vie, tout le monde a le droit à une seconde chance et malgré notre différent, je n’oublie pas son histoire à travers son livre, ce par quoi il était passé et son évolution admirable. Donc assez ouverte pour sortir du côté business et prendre des nouvelles de lui tout simplement en ayant, qui sait, une bonne surprise à la clef .

Je me suis rendue tout naturellement à ce déjeuner où nous nous sommes donnés des nouvelles de nos vies après deux ans de coupure. En allant ensuite à l’essentiel, où il m’explique qu’il travail pour une petite maison d’édition naissante et qu’il aimerait repartir dans ce projet de livre. Il m’assure que cette fois nous sommes dans le concret avec une signature à la clef et qu’il fallait vraiment que j’y crois aussi fort que lui. J’accepte de rencontrer le directeur de la maison d’édition et nous convenons d’une signature avec pour objectif de donner naissance à ce livre. Date de sortie prévue : Fin septembre, au moment des Virades de l’Espoir. Contrat signé avec l’éditeur, nous voilà de nouveau lancé dans cette aventure. Nous convenons de travailler ensemble tous les lundis durant 3 heures, trois heures à se confier de nouveau, à retracer mon histoire, en faisant une fois de plus ressortir toutes les émotions qu’il y a au plus profond de moi. En me confiant, la chronologie de ma vie de ma naissance à mon enfance, ma santé, ma vie de maman, ma vie amoureuse, mon papa, ma greffe ou encore Secret Story. La Sabrina que je suis, mise à nue, avec son humour décalé et toutes ces choses qu’on ne sait pas de moi.

Beaucoup de temps et d’émotion consacrés pour un projet qui paraissait plus que jamais réel. Début septembre 2016, nous avions vraiment bien avancé sur le projet après des heures d’entretiens. Nous nous sommes aperçu que peut être le délai  de fin septembre que nous nous étions fixé était un poil juste et qu’il faudrait attendre un peu, décaler la sortie du livre. De là, j’ai été prise d’un sentiment plus fort que tout, je ne sais pas pourquoi, car tout semblait carré et réglé. J’ai voulu arrêter les entretiens, j’ai expliqué à mon auteur que pour avancer dans le projet il fallait que je lise, il fallait que des pages naissent, oui car à chaque rendez-vous il me disait « bon ce soir je commence à écrire et je t’envoie tout » et chaque soir j’attendais ma lecture, mais rien…

Alors mettre toute mon énergie et tout donner pour ce projet ok, mais il fallait aussi que derrière cela suive et que j’observe un résultat. Il avait été surpris de ma réaction, en me disant qu’il comprenait, que c’était une sorte d’ultimatum que je lui posait mais qu’il l’acceptait et qu’en attendant si cela pouvait me rassurer,  pourquoi pas l’annoncer sur NT1 lors de mon passage afin de redonner du concret au projet.

C’est donc ce que j’ai fais, pourtant au fond de moi, j’avais un sentiment étrange qui me gênait mais j’essayais de rejeter la faute sur mes expériences passées et qu’il fallait me calmer, de toutes façons, j’étais sous contrat. Deux mois sont passés sans plus aucune nouvelle de mon auteur. J’’ai donc pris mon courage à deux mains pour envoyer un sms, où là, tout affolé, il m’explique qu’il était submergé par deux personnes médiatiques dont il s’occupait et pour qui je vais taire les noms. Il me dit qu’il n’arrive plus à suivre le rythme mais il m’assure qu’il pense à moi et essaye de par ses contacts, de me faire signer par une autre maison d’édition. Il me demande de me rendre disponible pour déjeuner avec  une grande maison d’édition la semaine d’après.

Je me me rends à ce déjeuner, je rencontre une femme adorable à qui je confie une fois de plus ma vie. Elle me demande qu’on lui fasse un dossier du projet pour le présenter à sa direction qui décidera si oui ou non, ils peuvent me suivre dans cette aventure et signer le projet de livre. Par la suite, les choses se sont envenimées, il devait me faire lire le dossier qu‘il avait envoyé à la maison d’édition. Un dossier que je n’ai jamais eu l’occasion de lire. Un jour, j’ai finis par me fâcher car il ne me donnait plus de nouvelles. Il a quand même eu le culot de me dire « J’essaie de t’aider et tu viens m’agresser ». Bref, suite à ces échanges,  je n’ai plus eu de nouvelles bien-sur.

Il y a seulement une semaine,  j’ai eu rendez-vous avec une attachée de presse qui connait bien le domaine de l’édition et du livre et qui m’a clairement expliqué que mon contrat n’existait pas et que mon projet était une promesse sans crédibilité aucune. De plus, vous êtes très nombreux à m’écrire pour me parler de ce projet et m’exprimer cette envie de lire mon histoire. Du coup, je me sens gênée et bête,  très bête car j’ai le sentiment de passer pour une guignol auprès des gens et je me sens perdre en crédibilité en annonçant des choses qui ne voient finalement pas le jour. Je pense pourtant être lucide et ne pas être dans l’illusion d’un monde de strass et de paillettes, car j’ai beau aimer mes activités, je me bats avant tout pour travailler dans ce que j’aime faire et non pour exister.

Si un de mes défauts principal est d’être trop gentille, de ne vouloir vexer personne et être naïve sur certaines choses,  je m’excuse sincèrement auprès de vous tous. Sachez néanmoins que je suis blessée mais absolument pas triste de cette situation. Je suis même soulagée de ne plus avoir à faire à quelqu’un qui n’est pas fiable.

Aujourd’hui, j’ai ma vie de femme avec une santé qui me permet de vivre de mes passions, une émission de radio dans laquelle je m’épanouie et j’apprends . Et surtout, vous à mes côtés pour suivre toutes les personnes dont nous racontons l’histoire chaque semaine ainsi que les toutes les choses que je partage avec vous sur celui-ci. De plus, j’ai la chance d’avoir la confiance de certains médias santé et autres, et le plus important, c’est la confiance des personnes qui m’écrivent et c’est de loin le plus important à mon goût.

Alors je ne baisse pas les bras, mais pour le projet du livre on va laisser dormir l’idée pour le moment et continuer à avancer sur la lancée des Maux de Sab.

Une fois encore, merci à tous de me suivre et de me faire confiance. J’essaie de donner chaque jour le meilleur de moi-même.

 

Crédit photo :
www.s2griff.fr/

Highlights info row image
09 72 28 67 95
  1. Coucou !
    Je viens de lire ce communiqué et je suis choqué comment peut -on faire ça a toi une personnes aussi vrai ?
    Cependant, il existe une maison d’éditions en ligne sur internet qui est libre qui ne contrôlent pas le travail des auteurs et qui aident justement les personnes qui n’arrivent pas à trouver de maisons d’éditions :
    https://www.edilivre.com/deposez-votre-manuscrit.html?utm_source=google&utm_medium=cpc&utm_campaign=SN_Edilivre_Marque&gclid=Cj0KEQiAl4TGBRDhgvmikdHPsdABEiQAtBcc8LbyHjSU9RD1Nb_32pvEEyaE5pVshztAb9ZEljzsmZQaAtoc8P8HAQ

    Voila bisous et bonne continuation

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>