Bonjour à tous,

Aujourd’hui, je vous parle diabète avec une histoire atypique. Celle d’Allan, qui n’est pas inconnu du grand public. Pour les fidèles ou fan de l’émission Top Chef et Objectif Top Chef, son visage est peut être dans vos mémoires. il nous a fait confiance pour nous apporter son témoignage sur son diabète, sa vie et surtout sa passion, voici son histoire.

Je m’appelle Allan, je suis passionné de cuisine depuis l’âge de 14 ans, j’ai suivi une formation en école hôtellerie-restauration afin de pouvoir exercer un jour mon métier de cuisinier. C’est à l’âge de 23 ans en janvier 2014 que l’on m’a découvert le diabète. Je ne me sentais pas au top de ma forme, j’étais à bout de souffle au point de ne savoir quasiment plus marcher, j’étais dans un état de fatigue constant!

J’avais un alimentation complètement folle avec pas moins de sept repas journalier pour une quantité de 10 litres d’eau que je buvais par jour. Avec un rythme comme celui-ci, une personne normalement constituée se serait certainement transformé en Obélix mais pour ma part j’étais plus maigre qu’Astérix puisqu’en quelques mois j’ai perdu environ 30 kilos. C’est alors que je décide d’aller consulter mon médecin qui me prescrit immédiatement une prise de sang à faire,
le verdict tombe quelques heures plus tard: je suis diabétique.

Difficile à croire jusqu’a la découverte d’un diabète de type 1 avec un taux d’hab1c (hemoglobine glyquée = concentration de glucose dans le sang) a 23 %. Ce qui m’imposera un arrêt net de la cuisine pour pouvoir au mieux apprendre la maladie. Une épreuve difficile à supporter et à vivre que de devoir abandonner ma passion mais la santé en priorité et il fallait m’apprivoiser avec ce diabète qui ferait désormais parti de moi, sans abandonner ma passion, juste me faire aux traitement et trouver l’équilibre de ma nouvelle vie de diabétique.

Pendant deux ans et demi je me suis fait des injections d’insuline mais au fur et à mesure du temps je commençais à ne plus supporter, alors j’ai décidé de me faire poser une pompe à insuline (système qui m’injecte automatiquement de l’insuline toutes les heures, un système que je dois recharger tous les 3 jours). L’avantage de la pompe c’est que je me pique moins, par exemple je suis à deux piqures par semaine alors que j’étais arrivé à 35 à 40 injections par semaine auparavant. Mais l’inconvénient de la pompe c’est qu’il faut d’avantage surveiller ma glycémie pour avoir la certitude que la pompe fonctionne et pour éviter tout débordement. En ce qui concerne la surveillance de ma glycémie, depuis la pose de ma pompe à insuline je suis à 8 à 10 dextros par jours au lieu de 6 sous injections. Les contraintes d’un diabétique au quotidien sont les crises d’hypoglycémie, les problèmes de vue, les sueurs froides, les tremblements et j’en passe. Ce sont quelques symptômes parmi tant d’autres qui nous font nous sentir mal et parfois au point d’en faire un malaise si notre glycémie (taux de glucose dans le sang) est faible.

Beaucoup de contraintes alimentaires auxquelles il faut être vigilant au quotidien surtout pour un cuisinier! C’est donc la raison pour laquelle, il ne faut pas non plus manquer les rendez vous chez le médecin et se rendre fréquemment à l’hôpital pour des contrôles.

Une fois apprivoisé avec ce rythme qui faisait désormais parti de mon quotidien je pouvais me re-concentrer sur ma passion,. Véritable mordu de cuisine je ne loupais aucune émission culinaire surtout celle de Top Chef, émission à laquelle j’ai toujours rêvé d’y participer.

En 2015 via les réseaux sociaux, je vois que le casting est ouvert. N »étant plus en formation je me suis permis d’envoyer ma candidature et la chance m’a sourit puisque j’ai été sélectionné pour la deuxième saison d’objectif top chef.Hélas avec le stress des cameras, du Chef etc.. j’ai échoué à la deuxième épreuve. En 2016, M6 me recontacte et me propose une seconde chance, une chance que j’ai automatiquement saisie car les mois précédents j’ai appris à gérer le stress donc prêt pour passer le casting! Cette préparation a porté ses fruits puisque peu de temps après ma participation a été validée pour la troisième saison du programme. Fier d’avoir pu réaliser ce rêve deux années de suite (2015/2016) avec le célèbre Chef MOF (meilleur ouvrier de France) Philippe Etchebest.

Plusieurs passages télévisés durant lesquels j’ai pu faire découvrir mon univers culinaire et m’affronter à d’autres passionnés de cuisine mais pas que! Une aventure, un défi, un rêve accompli toujours avec mon diabète. Une expérience qui m’a sorti grandi, qui a confirmé ma passion et mon envie de vivre de ce métier.

Un rythme pas facile à tenir puisque pendant les épreuves avec l’intensité et le stress, mon diabète ne perdait pas l’occasion de me rappeler qu’il pouvait venir perturber les bons moments que je vivais car c’était du bon stresse malgré tout. Mais comme tout diabétique, je suis malheureusement tomber en hypoglycémie. Une hypo provoquée par le manque de glucose au cerveau. Heureusement, j’ai eu la facilité d’y remédier car les membres de la production connaissaient les risques d’un diabétiques alors ils avaient prévu de quoi me re-sucrer avec des canettes de coca cola sur mon poste de travail.

J’ai clairement profité de l’aspect médiatique pour tout simplement parler du diabète car c’est une maladie dont on ne parle pas souvent et qui est clairement difficile à supporter, et ça n’importe quel diabétique vous le confirmera. Après la fin des tournages de la deuxième saison du concours Objectif Top chef, j’ai eu le déclic de mettre à profit mon savoir faire en cuisine dans l’intérêt général de personnes bien ciblées: Les diabétiques ! J’ai alors créé une page Facebook, Les Plaisirs d’un Diabétique, où je réalise des recettes bien spécifiques pour pouvoir se faire plaisir sans se priver, une communauté qui s’est développée en quelques mois avec une forte demande de recettes! L’objectif de cette page est de prouver qu’il est possible de prendre plaisir à manger sans pour autant se priver. Cependant, un tel projet je ne l’ai pas monté seul, je me suis entouré d’amis en qui j’ai énormément confiance et qui m’aident au quotidien pour ce projet qui a vu le jour en espérant que qu’il ne cesse d’évoluer.

Il n’y a pas de recette miracle dans la vie d’un diabétique, la seule pour éviter que la vie d’un diabétique ne se transforme en cauchemar étant d’avoir une hygiène de vie irréprochable afin de se stabiliser à la perfection. Il est tout de même essentiel de profiter de la vie, alors les excès ne sont pas interdits mais il ne faut en aucun cas en abuser au quotidien car les risques d’un diabète instable peuvent être très graves au fur et à mesure du temps. Cela peut entrainer de graves conséquences comme l’amputation d’un membre au vue d’une infection mal soignée, la perte de la vue et j’en passe. Alors mangez, bougez, vivez sans excès et n’oubliez jamais de réaliser vos rêves !

Mot de la fin :

Un témoignage qui montre une fois de plus qu’il faut surpasser l’idée de ce qui pourrait paraître incompatible. Beaucoup de diabétiques sont fâchés avec la cuisine et la nourriture par peur de l’interdit du sucre considéré comme l’ennemi, Allan nous prouve par son témoignage que rien est impossible et qu’avec l’envie, la volonté mais aussi l’importance de savoir trouver un bon équilibre de vie adaptée à son état de santé, rien est impossible .

Je vous invite vivement à partager son témoignage et aller consulter sa page .

Allan est aussi ambassadeur de la marque TIME Nutrition 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>